EN PRATIQUE LA PRÉVENTION DU RHUME

- Muqueuse pituitaire Elle tapisse les cavités nasales et remplit une fonction respiratoire grâce aux cellules à mucus et aux cellules ciliées. Dans sa partie supérieure, elle est riche en cellules olfactives. - Orifices des cavités nasales Les cavités nasales communiquent : - avec la partie haute du pharynx par deux orifices (les choanes), - avec l'oreille moyenne par la trompe d'Eustache, - avec les sinus par les ostia, - avec l'oeil par le canal lacrymal. - Cornets La paroi externe des fosses nasales présente 3 lames saillantes recourbées en volutes : les cornets. A quoi sert le nez ? - Olfaction Les cellules sensorielles olfactives envoient leurs informations jusqu'au système nerveux central par l'intermédiaire du nerf olfactif. - Filtrage de l'air inspiré L'air inspiré tourbillonne autour des cornets. Les particules en suspension présentes dans cet air sont évacuées grâce aux mouvements constants des cils vibratiles. Ce rôle de filtre est assuré par un renouvellement constant de la muqueuse. - Réchauffement et humidification de l'air En pénétrant dans le nez, l'air se charge d'humidité et se réchauffe grâce à la vascularisation importante de la muqueuse. Ainsi, l'air arrive aux poumons à une température constante sans être trop froide. - Défense immunitaire Au contact des virus et bactéries, les lymphocytes de la muqueuse nasale produisent des immunoglobulines. Les mastocytes de la muqueuse stockent l'histamine dont la libération entraîne des symptômes typiques.

AU COMPTOIR : « Mon enfant enchaîne rhume sur rhume » « Lucas a 20 mois et depuis qu'il est entré à la crèche, il est sans arrêt enrhumé. A force, il est vraiment très fatigué. La dernière fois, ça s'est fini par une otite. Je suis un peu démoralisée par la répétition de ces rhinopharyngites. Comment s'en débarrasser ? » Votre réponse « Il n'existe pas de solution miracle pour éviter la récidive des rhinopharyngites, qui sont dues aux faibles défenses immunitaires des enfants. Néanmoins, il est possible d'agir sur les facteurs déclenchants. En ce qui concerne Lucas, il serait peut-être judicieux de prévoir un autre mode de garde que la crèche, si vous en avez la possibilité. » Les traitements préventifs - Les immunostimulants Les immunostimulants contenant diverses fractions d'origine bactérienne (Biostim, Imocur, Ribomunyl pour la voie orale, IRS 19 pour la voie locale) sont indiqués dans les infections récidivantes des voies respiratoires hautes. Ils confèrent une immunité locale non spécifique en activant les lymphocytes T, en potentialisant la synthèse d'immunoglobulines et en participant au recrutement des macrophages. Biostim et Imocur sont contre-indiqués chez l'enfant avant un an. - Les oligoéléments A faible dose (de l'ordre du microgramme), ils sont utilisées comme modificateurs de terrain. En ampoules (Oligosol, Granions...) ou en comprimés sublinguaux (Oligostim, Oligogranul...), les oligoéléments qui sont utilisés en cas d'infections ORL récidivantes sont les suivants : -#gt; le complexe manganèse-cuivre (Mn-Cu), adapté aux sujets jeunes vite fatigués et manquants de résistance ; -#gt; le soufre (S), qui possède une action détoxifiante et mucolytique ; -#gt; le cuivre (Cu), qui présente des propriétés antivirales, anti-inflammatoires et anti-infectieuses ; -#gt; le complexe cuivre-or-argent (Cu-Au-Ag), convenant plus particulièrement aux adultes présentant des infections récidivantes.

Votre conseil : -#gt; Débuter une cure d'oligoéléments au mois d'octobre : alterner un jour sur deux durant 3 mois (à raison de 3 semaines par mois) la prise de Mn-Cu et de soufre s'il s'agit d'une personne jeune ou d'un enfant. Les adultes plus âgés peuvent avoir recours au complexe Cu-Au-Ag à la place de Mn-Cu. -#gt; Prendre les oligoéléments à distance des repas. -#gt; Utiliser le cuivre dès les premiers signes (2 à 3 prises par jour pendant 3 à 5 jours). - La vitamine C Son effet « antifatigue » et sa participation aux défenses immunitaires peuvent être mis à profit. Mais ses effets dans un cadre préventif n'ont pas encore été validés. Les apports journaliers conseillés correspondent à 60 mg par jour.