EN PRATIQUE LES COMPLICATIONS

AU COMPTOIR : « J'ai un rhume et j'ai mal au-dessus de la mâchoire » « Mon nez coule depuis 4 ou 5 jours et, hier soir, j'avais 39 °C. J'ai très mal à droite au-dessus de la mâchoire, et d'ailleurs, seule ma narine droite est encombrée. C'est sûrement un début de sinusite. Pouvez-vous me conseiller un produit pour faire des inhalations ? »

Votre réponse « Les symptômes que vous rapportez correspondent effectivement à ceux d'une sinusite. Elle résulte d'une surinfection bactérienne de votre rhume. Les inhalations ne suffiront pas pour vous guérir. Le seul traitement efficace passe par la prise d'antibiotiques pour agir sur les bactéries en cause. Je vous conseille donc de consulter votre médecin. » L'otite moyenne aiguë Les facteurs de risque favorisant une surinfection bactérienne sont bien identifiés : l'immunodépression, les antécédents d'otite moyenne aiguë (OMA) et, pour les nourrissons, la garde en collectivité. L'OMA concerne d'ailleurs surtout l'enfant. La flore commensale du rhinopharynx de l'enfant - qu'il soit enrhumé ou non - contient des bactéries, notamment des streptocoques, des pneumocoques, Hæmophilus influenzæ et Moraxella catarrhalis. Ces bactéries atteignent facilement la trompe d'Eustache où, en raison d'un déficit immunitaire ou d'une fragilité de la muqueuse, elles se multiplient. L'OMA est la complication bactérienne du rhume la plus fréquente entre 6 mois et 2 ans. Elle apparaît dans 7 à 30 % des cas et sa fréquence diminue nettement au-delà de 2 ans. Elle survient le plus souvent dans les 4 premiers jours après le début de la rhinopharyngite, mais peut aussi apparaître au bout de 2 semaines. Les antécédents d'OMA récidivantes (plus de 3 en 6 mois) ou la présence d'une otite séreuse augmentent le risque de survenue d'une OMA. - Les signes Quand le petit enfant ne sait ni parler ni localiser sa douleur, il pleure a priori sans raisons, son sommeil est perturbé. Il a tendance à se frotter l'oreille ou à balancer sa tête d'un côté à l'autre. L'OMA s'accompagne d'une fièvre à 38 °C. Un écoulement peut se produire suite à la rupture du tympan, sous la pression du pus. - L'antibiothérapie Céphalosporines de deuxième et troisième génération ou association amoxicilline-acide clavulanique pendant 5 à 10 jours sont les traitements de base.

La sinusite Hormis l'ethmoïdite aiguë, rare, qui concerne le nourrisson et nécessite une hospitalisation, la sinusite est plutôt l'apanage du grand enfant ou de l'adulte, les sinus se formant au cours de l'enfance. La sinusite d'origine bactérienne ne survient que dans 0,5 à 10 % des rhinopharyngites. Dans la majorité des cas, il s'agit d'une sinusite maxillaire aiguë. - Les signes La sinusite maxillaire aiguë intervient lors d'un rhume qui dure depuis plusieurs jours. Le diagnostic clinique est sans équivoque lorsque les symptômes deviennent unilatéraux : douleur et rhinorrhée. L'écoulement s'amplifie et prend une allure colorée purulente. La douleur sous-orbitaire irradie vers les dents et augmente quand la tête se baisse. La fièvre accompagne souvent le tableau clinique. Quand la sinusite est bilatérale, le diagnostic clinique différentiel avec une rhinosinusite aiguë virale n'est pas toujours évident. La persistance des symptômes malgré le traitement antalgique et anti-rhume classique et l'intensité de la douleur représentent de bons indicateurs. Le diagnostic peut être confirmé par une radiographie, qui montre des cavités sinusiennes opaques. - L'antibiothérapie Elle repose sur la prise pendant 10 jours d'amoxicilline-acide clavulanique, de céfuroxime axétil ou de cefpodoxime proxétil.