POUR APPROFONDIR : Pourquoi des rhinopharyngites à répétition ?

- Une immunité immature On dit qu'il faut 100 rhumes pour que l'enfant puisse se forger une immunité ! Les rhinopharyngites sont donc un « mal nécessaire » pour que l'enfant puisse construire ses défenses. A l'inverse des autres infections, le nourrisson n'est pas protégé par les anticorps maternels, même s'il est nourri au sein. Son immunité locale va donc se construire au fur et à mesure des épisodes infectieux. - De nombreux virus en cause Pour compliquer la tâche du système immunitaire, plus de 200 virus sont responsables de rhinopharyngites. Après une infection, les anticorps ne sont actifs que sur le virus en cause, laissant la place aux autres agents pathogènes. - Une morphologie propice aux infections

Les voies aériennes supérieures de l'enfant sont physiologiquement rétrécies. Le mucus et les germes disposent de moins d'espace pour être évacués et ont donc tendance à stagner. Par ailleurs, la trompe d'Eustache, plus courte et plus ouverte que celle de l'adulte, facilite l'intrusion des germes au niveau du tympan. - L'influence du reflux gastrique Les régurgitations font partie des facteurs favorisant les rhinopharyngites. En effet, le liquide gastrique peut remonter jusqu'à l'arrière-nez et induire des irritations fragilisant la muqueuse. La répétition fréquente des rhinopharyngites doit donc faire rechercher un reflux gastrique. - Un environnement favorable Le mode de vie moderne favorise les rhinopharyngites. Le chauffage électrique assèche et fragilise les muqueuses nasales, d'autant plus que la température de la pièce est élevée. Règle d'or : pas plus de 18 °C dans une chambre d'enfant.

Les crèches, c'est bien connu, font circuler les virus et devraient être évitées chez les nourrissons sujets aux otites. Autre facteur favorisant, et non des moindres : le tabagisme passif. Le tabac irrite les voies respiratoires et diminue l'efficacité du système évacuant les sécrétions. - Les poussées dentaires L'éruption d'une dent s'accompagne d'une réaction inflammatoire plus ou moins importante, affaiblissant les défenses locales et expliquant les rhumes accompagnant fréquemment les poussées dentaires.