POLITIQUE DE SANTÉ

T F R : La profession est sur les dents

La première vague de TFR va déferler sur l'officine en septembre. Mais c'est la seconde vague qui préoccupe la profession et les génériqueurs depuis le début de l'été. C'est officiel (JO du 27 août), les premiers TFR sont institués*. Ils devront entrer en application à partir du 8 septembre (écoulement des stocks possible jusqu'au 12 octobre pour les officines). Mais c'est la seconde vague de TFR qui inquiète fortement les syndicats. Au terme d'une rencontre avec le GEMME le 17 juillet, les conclusions étaient identiques : les officinaux ne pourront atteindre à la fin novembre, pour un grand nombre de groupes, un taux de génériques supérieur à 60 % ! Une rencontre avec le gouvernement est souhaitée dès la rentrée, « pour demander un assouplissement et prévoir pour octobre et novembre une nouvelle campagne d'information sur le générique », apprend-on par l'UNPF.

Les syndicats souhaitent un report de la prochaine vague à l'instar de la première, ce qui conduirait à établir la seconde liste sur la base des chiffres de mars 2004. Cependant, Jean-François Mattei n'entendait pas accorder de nouveau sursis. Il faudra donc se montrer convaincant. « D'ici novembre, les officinaux auront à peine eu le temps de ressentir l'impact négatif du TFR, il faut leur laisser le temps de saisir l'intérêt qu'ils ont à accélérer la substitution », estime Philippe Ranty, président du GEMME. Lequel GEMME, qui reste optimiste, a diffusé en juillet une liste de 29 groupes importants menacés par un TFR à 60 % sur lesquels les officinaux doivent concentrer leurs efforts.

De son côté, le Collectif des groupements s'insurge contre la baisse de prix du paracétamol, « qui prive l'officine d'un marché générique essentiel », et s'oppose à ce qu'il estime être des « sanctions collectives » : « L'égoïsme, l'irresponsabilité ou le manque de courage de certains ne peut pénaliser toute une profession », assène-t-il dans un communiqué, avant de pousser ses équipes à redoubler d'effort sur la substitution de toutes les molécules, « dans l'attente d'éventuelles démonstrations plus "musclées" pour prouver le rôle irremplaçable du pharmacien ». Les modalités de mise en place du TFR - A compter du 8 septembre : les fabricants ne devront livrer que des conditionnements avec une vignette tenant compte d'un éventuel TFR. - A compter du 26 septembre : les officinaux ne pourront plus réceptionner de conditionnements non conformes. - A compter du 12 octobre : les officinaux ne pourront plus commercialiser de spécialités concernées par le TFR mais dont la vignette est non conforme. En parallèle, le remboursement de telles spécialités ne sera possible que si la délivrance a eu lieu avant le 12 octobre.